Quatre points essentiels de la foi PDF Imprimer Envoyer

Extrait de « La prière est de toute première importance »,     Discours et entretiens de Daisaku Ikeda , juillet-août 2008, ACEP

Les quatre points essentiels de la foi

Aujourd’hui, je souhaite revoir avec vous les quatre points essentiels de base pour faire progresser notre mouvement dans la nouvelle ère que nous entamons : 1) la prière ; 2) l’action ; 3) l’unité ; 4) l’inséparabilité de maître et disciple. Ce sont les quatre moyens pour mener une vie inégalable.

En premier lieu, la pratique. Rien n’est plus puissant qu’une prière correcte devant le Gohonzon. Nichiren Daishonin nous enseigne qu’aucune prière ne restera sans réponse et que rien ne surpasse la stratégie du Sûtra du Lotus, c’est-à-dire la Loi merveilleuse. Chaque combat, chaque effort doit commencer par la prière, doit être soutenu par la prière et doit être poursuivi jusqu’au bout avec la prière.

Les pratiquantes du département des Femmes de Tokyo n° 2 sont une belle illustration de ce premier point. Je vais citer un extrait très connu d’une lettre de Nichiren intitulée « Sur la prière » à partir duquel nous pourrons réfléchir sur l’immense confiance et conviction qu’il manifestait.

« On pourrait manquer le sol en le prenant pour cible et réussir à attacher le ciel ; le mouvement de flux et reflux des marées pourrait bien s’interrompre et le soleil se lever à l’ouest ; mais il est impossible que les prières des pratiquants du Sûtra du Lotus restent sans réponse. » (L&T,vol. 7, p. 59)

L’expression clé est « les prières des pratiquants du Sûtra du Lotus ». Le pratiquant du Sûtra du Lotus désigne, bien évidemment, celui qui pratique la Loi merveilleuse et l’enseigne aux autres, même au coeur des pires défis et obstacles. En termes modernes, cela fait référence à nous, pratiquants de la Soka Gakkai, qui réalisons kosen-rufu, directement reliés à Nichiren Daishonin.

Le fondateur de notre mouvement, Tsunesaburo Makiguchi, faisait nettement la distinction entre un pratiquant et un croyant. Ceux qui se préoccupent uniquement de leur bien-être et évitent de combattre les Trois obstacles et les quatre démons étaient pour lui de « simples croyants ».  Ceux qui, au contraire, s’exercent dans la pratique de bodhisattva pour kosen-rufu, et luttent vaillamment contre les Trois obstacles et quatre démons,étaient d’« authentiques pratiquants ». Ces derniers sont les nobles pratiquants de la Soka Gakkai, affirmait-il.

 

Documentez votre sujet

Documentez votre prochain sujet de discussion.|Cliquez ici.

Rechercher par mots-clés

Effectuez une recherche thématique sur votre site.|Cliquez ici.